Phenomenal Woman – Maya Angelou

Cette semaine, une fabuleuse amie (qui écrit de très jolies choses à lire ici) a relayé une chaîne provenant de sa grand-mère, le genre d’envoi souvent barbant qui me fait lever les yeux au ciel (j’ai un petit souci avec le non-verbal). Sauf qu’ici, il était question d’envoyer un poème pour égayer son quotidien.

Et comme j’ai un tout petit coeur, j’ai trouvé ça fort beau. J’ai donc envoyé à Lucette une traduction ce poème de Maya Angelou, Phenomenal Woman, que j’aime beaucoup & que je vous invite à (re)lire pour le plaisir.

Pretty women wonder where my secret lies.

I’m not cute or built to suit a fashion model’s size.

But when I start to tell them,

They think I’m telling lies.

I say,

It’s in the reach of my arms,

The span of my hips,

The stride of my step,

The curl of my lips.

I’m a woman.

Phenomenally.

Phenomenal woman,

That’s me.

I walk into a room,

Just as cool as you please,

And to a man,

The fellows stand or,

Fall down on their knees.

Then they swarm around me,

A hive of honey bees.

I say,

It’s the fire in my eyes,

And the flash of my teeth,

The swing in my waist,

And the joy in my feet.

I’m a woman.

Phenomenally.

Phenomenal woman,

That’s me.

Men themselves have wondered,

What they see in me.

They try so much

But they can’t touch,

My inner mystery.

When I try to show them,

They say they still can’t see.

I say,

It’s in the arch of my back,

The sun of my smile,

The ride of my breasts,

The grace of my style.

I’m a woman.

Phenomenally.

Phenomenal woman,

That’s me.

Now you understand,

Just why my head’s not bowed.   

I don’t shout or jump about,

Or have to talk real loud.

When you see me passing,

It ought to make you proud.

I say,

It’s in the click of my heels,

The bend of my hair,

The palm of my hand,

The need for my care.

’Cause I’m a woman

Phenomenally.

Phenomenal woman,

That’s me.

Pour la version française :

Les jolies femmes se demandent
Où réside mon secret
J’suis loin d’être mignonne,
ou de taille mannequin
Mais quand je le leur révèle
Elles pensent que je mens.
Je dis mon secret réside
dans la portée de mes bras
La foulée de mes pas
L’ourlure de mes lèvres.

Je suis une femme
In-cro-ya-blement.
La femme phénoménale
C’est moi.

Je marche dans une chambre
Fraîche à souhait
Et pour un homme
Les consœurs se lèvent ou
Tombent à genoux
Mais eux, bourdonnent autour de moi
Une vraie ruche d’abeilles.
Je dis
C’est dans le feu de mon regard
Et l’éclat de mes dents
Le balancement de ma taille
Et la joie de mes pieds.

Je suis une femme
In-cro-ya-blement.
La femme phénoménale
C’est moi.

Mêmes les hommes se demandent
Ce qu’ils voient en moi
Ils essaient tant
Mais n’arrivent pas à palper
Mon mystère intérieur.
Quand je tente de l’éclaircir
Ils disent ne toujours pas voir
Je dis
C’est dans la cambrure de mon dos
Le soleil de mon sourire
Le tracé de mes seins
La grâce de mon style.

Je suis une femme
In-cro-ya-blement.
La femme phénoménale
C’est moi.

Vous comprenez à présent
Pourquoi ma tête ne s’abaisse pas
Je n’ai pas à crier ou à sauter
Ou à parler trop fort
Quand vous me voyez passer
C’est à vous remplir de fierté.
Je dis
C’est dans mes claquements de talons
L’ondulation de mes cheveux
La paume de ma main
La nécessité pour mes soins.

C’est que je suis une femme
In-cro-ya-blement.
La femme phénoménale
C’est moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut