La loi de la mer – Davide Enia

J’ai toujours eu une grande attirance pour les témoignages et récits de vie. Je me souviens de ma lecture du très fort Les Echoués, une fiction (pourtant) autour de 3 personnages qui débarquent à Lampedusa, écrite par le journaliste et reporter Pascal Manoukian. J’y ai beaucoup repensé en lisant ce livre, toujours sous forme de roman mais rédigé cette fois à partir de témoignages. L’auteur italien Davide Enia récolte et partage les paroles de celles et ceux dont les mains soignent. Habitants, secouristes, plongeurs, garde-côtes, pêcheurs, nous racontent un épisode de leur vie sur cette île particulière, jonction entre les continents européen et africain.

Il y a ces épisodes que nous connaissons déjà, comme ce tristement célèbre 3 octobre 2013 diffusé dans tous les médias, mais qui racontés « de l’intérieur » prennent une dimension encore plus puissante. Promis, on ne fait pas que pleurer, c’est aussi (surtout ?) une ode à la vie, aux belles rencontres et aux jolies âmes.

 

Avant, dit Paola, j’avais tendance à voir leur souffrance, les corps amaigris, les bleus, les cicatrices, leur regard effrayé. Je les regardais du haut de mon piédestal, tu comprends ? D’une position qui, puisqu’on les aide, les rend redevables à jamais. Et cette histoire drôle m’a fait prendre conscience de l’épaisseur de l’histoire individuelle de chacun. Je ne pouvais pas comprendre la douleur des expériences qu’ils ont vécues, mais je réalisais tout à coup que c’était, que c’est une erreur gigantesque de les traiter avec ce paternalisme absurde. Il n’y a pas que le désespoir. Il y a le besoin de réussir, de devenir meilleur, il y a les chansons et les jeux, l’envie de goûter certains plats ou de plaisanter avec les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut